Peut-être est-ce que je me trompe mais il me semble que la rentrée scolaire dans le département s’est déroulée dans un climat assez apaisé.

Contrairement à ce que se passait traditionnellement à la même période lors des 6 dernières années, je n’ai pas été sollicité par des parents d’élèves ou des enseignants pour relayer leurs oppositions à des fermetures de classes. Il est vrai que depuis 2007, la circonscription a été particulièrement frappée puisque pas moins de 25 postes ont été détruits dans les écoles primaires, et encore pour le seul réseau public !

Naturellement, j’ai tendance à expliquer cette accalmie par l’effort conséquent fait par la nouvelle majorité. En effet, dans le département, pas moins de 70 postes, dont 65 professeurs des écoles sont venus renforcer les efforts de ceux qui se battent pour l’égalité des chances.

Je ne compte évidemment pas dans ce total, les auxiliaires de vie scolaire chargés de l’accompagnement individuel (AVSI) ou des auxiliaires de vie scolaire – assistant de scolarisation (AVS-AS).  A ma connaissance, le ministère a prévu d’en recruter 53 dans le département. J’espère sincèrement que nous allons ainsi commencer à tourner des pages bien peu glorieuses au regard de la situation que l’éducation nationale réservait à ces personnels.

Enfin, je me félicite aussi de la revalorisation de 25 % de l’allocation de rentrée scolaire qui a pu alléger – un peu – le poids financier de la rentrée pour bien des familles.

    Un commentaire

  1. yves Briand

    Bonjour Jean-Jacques,

    Oui, j’espère aussi que dans les mois à venir que la nouvelle page 2012-2013 pour les AVS Individuel, les assistants de scolarisation et les EVS exerçant les mission strictement similaires à leur collègues AVS sera porteuse d’un espoir réel d’amélioration de leur condition de survie actuelle. Je croise les doigts, jean-Jacques pour que cet soit vrai, authentique avec notre collègue ministre de l’education nationale, Vincent Peillon, notre soutien exigent aussi parce qu’il le faudra. Je croise vraiment les doigts pour cela. La souffrance professionnelle et sociale que traverse ce peuple de l’ombre, trop silencieux au sein des établissements scolaires est devenue d’une noirceur terrible.

Votre e-mail ne sera pas publié.

Facebook

Twitter