Contacts

Dans mon esprit, un blog n’est pas un forum, ni un journal, c’est un lieu où l’auteur fait connaître ses pensées et les confronte à celles de ses lecteurs. Alors évidemment les commentaires, sous les notes, sont les bienvenus. Seuls ceux qui sont racistes, malveillants, grossiers, complètement hors sujet ou ceux qui contiennent des faits manifestement erronés, seront effacés.

Mais vous pouvez aussi choisir de m’écrire. Dans ce cas, le plus simple est naturellement de m’adresser un mail en utilisant comme adresse celle de ce blog : contact@urvoas.org

Mais si vous préférez m’envoyer un courrier, il vous suffit de l’expédier au 8/10 place de la Tourbie à Quimper, 29000.

Vous pouvez enfin laisser un message à mon secrétariat au 02 98 95 69 80 – télécopie 02 98 95 01 30.

29 réponses à Contacts

  1. Pringault dit :

    Monsieur le député ,
    Au lieu de faire la télévision gratuite dans les prisons , commencez par les hopitaux.
    Je suis malade de deux cancers , souvent hospitalisé et je ne peux me payer cette télévision que les fins de semaine ,
    4€ par jour… , même avec des tarifs dégressif , jusqu’ 90 € par mois , cela ajouté au forfait hospitalier 18 € par jour c’est une facture beaucoup trop importante .
    Vous allez faire regretter aux malades de ne pas être en prison …;
    Sinceres salutations .

    JLP

    • gege60 dit :

      juste du social en prison certes
      mais avant du social pour les honnetes gens et leurs enfants qui manquent de tout et meme de TV……

  2. gege60 dit :

    Pdt de l’union nationale des retraites de la Police/oise,ex de la FASP,residant occasionnellement au Guilvinec,je suis vos efforts sur la securite avec intert et j’ai ecoute,hier MM CUL et surtout MASANET que j’ai cotoye a la FASP¨,lorqu’il co gerait avec le grand DELEPLACE et apres aussi.
    MAIS vos voeux resteront pieux car vous vous heurterezntout comme la gauche en 1981,a une haute hierarchie policiere(prefets,directeurs,commissaires,officiers)
    sous odebiance presque totale de l’UMP qui freiner vos efforts et ordres pour vous deconsiderer comme l’ont fait à l’époque les Directeurs passes Prefets a Paris:LE DOUARON(38),BART(chez Hortefeux) etc etc
    que pourrez vous faire contre cette resistance UMP larve?????
    je dis DANGER pour le PS

  3. michd dit :

    je vous écoutais sur europe 1 au sujet de la garde à vue, en réalité vous jubiliez du bordel généré par la réforme de la garde à vue, vous êtes toujours das angéliques au ps, la crapule peut s’en réjouir,
    s’agissant de l’immigration est il normal que la france soit l’arrière cour de l’immigration du sud de la méditerranée, quelle richesse?? les différences culturelles et religieuses sont une barrière insurmontable il n’y a qu’à voir la population carcérale, quand les lois sont débiles il faut les refuser un point c’est tout

  4. Marie Lothard dit :

    Merci !!!!! Le Soleil brille !!!!! Merci de votre indéfectible confiance en DSK !!!! Belle démonstration d’amitié sincère !!!! Génial !!! MdP

  5. Crochard dit :

    Ayant écouté avec un « leger differé » votre intrevention à la matinale de LCP, vous avez eut une phrase que je trouve alarmante: « c’est notre profession » … depuis quand être élu est une profession??? Cela en dit long sur la mentalité de nos politique (droite et gauche confondues) qui en font une profession pour être payé par le contribuable… Vous auriez dit un sacerdoce ou une vocation (comme les militaires par exemple) j’aurais été moins « alarmé ». vous ne faites que confirmzr la défiance générale que nous avons vis à vis de « professionnels » que sont les politiques… D’où desaffections des electeurs aux elections; Quand aurez vous le courage de tenir compte des votes blancs???? Là, l’abstension sera minime….

  6. gilbert dit :

    monsieur le Député,

    dans votre question 98827 au ministre des anciens combattants, vous vous étonnez
    « M. Jean-Jacques Urvoas attire l’attention de M. le ministre d’État, ministre de la défense et des anciens combattants, sur l’hommage rendu au mois d’octobre 2010 à l’école des troupes aéroportées de Pau à un colonel ancien chef de l’OAS, condamné à mort et amnistié après une fuite en Espagne qui dura jusqu’en 1968. Il lui demande si les services de son ministère étaient informés de l’organisation d’une telle cérémonie et s’il entend la condamner, sachant qu’elle porte gravement atteinte à la mémoire de l’ensemble des victimes, françaises et algériennes, civiles et militaires, de cette organisation criminelle. »

    mais d’une part, vous oubliez qu’une amnistie est passée à ce sujet,
    que le Colonel reste malgré tout un grand soldat qui a servi la France au delà de ce que n’auront jamais fit d’autres, comme le déserteur Thorez, et comme ces communistes qui torturaient nos prisonniers en Indochine, ou ceux là qui prenaient les armes contre la France au coté des algériens, et allaient même jusqu’à poser des bombes dans des lieux public, assassinant sans discernement femmes et enfants, pourtant certains d’entre eux ont des rues ou des places à leur nom…

    avoir de la mémoire, oui, mais sélective non!!!

  7. Haurogné Michel dit :

    monsieur le député,
    soucieux de comprendre le monde et son fonctionnement compliqué, je m’informe depuis 5 mois sur internet. Le résultat fait froid dans le dos.
    En effet, je me suis rendu compte, et comme beaucoup en France aujourd’hui, que la désinformation et le mensonge étaient la politique menée par les médias ainsi que par les hommes politiques de tous bords.
    Je suis scandalisé de voir ce qui se passe en Libye avec cette intervention militaire au nom de l’OTAN de notre petit président de la république. On nous dit que Kadhafi est un tyran alors que son peuple vit bien plus démocratiquement que nous en France et que ce peuple soutient son leader avec une fermeté qui pourra aller jusqu’à la mort. Toutes les chaines de télé et radio nous rabâchent continuellement ce que le gouvernement veut entendre mais, il suffit d’écouter Thierry Messian
    http://www.dailymotion.com/video/xjmqzz_l-otan-voudrait-faire-taire-thierry-meyssan_news#from=embed&start=1
    ou Michel colon décrirent ce qui se passe réellement las-bas.
    Je ne vous parle pas du 11 septembre 2001 et de Ben Laden, une mascarade et des mensonges en veux tu en voilà.
    La crise monétaire qui va nous envoyer dans le mur….
    L’affaire DSK et les histoires du FMI….
    Et bien d’autres encore. Et pendant ce temps on nous emmerde,oui, on nous emmerde avec des primaires socialistes pour des élections présidentielles qui pour moi ne changeront rien au résultats final.
    Personnellement,j’irai déposer une enveloppe vide, si le jour J j’ai envi de me déplacer.
    Les moutons ouvrent les yeux et, il va falloir vous en rendre compte rapidement sous peine d’être complètement discrédité au yeux de la population lorsque la couleuvre sera trop grosse à nous faire avaler.
    Honte aux soit disant socialiste d’avoir voté la continuité de cette attaque en Libye. Honte à tous les hommes et femmes politiques qui mentent continuellement, c’est vrai que plus c’est gros, plus ça passe
    Auriez vous le culot de me dire que je me trompe ou que je ne comprend rien à rien ?
    Merci de tenir compte de mon commentaire et d’en parler à l’assemblée avec tous vos amis menteurs.
    Michel Haurogné

  8. Lorreyte Frédéric dit :

    Monsieur le député,
    Avant de pondre un projet visant à interdire l’armement de la police municipale et de supprimer l’uniforme, venez en immersion dans un poste de police municipale de votre choix. Venez goûter à la réalité du terrain avec la vrai police de proximité et voyez si les missions ne nécessitent pas le port d’une arme. Vous pensez que nous sommes pas des professionnels, formés lors de FIA, connaissant la loi ? Soyons sérieux Monsieur. Avec tout le respect que j’ai par rapport à votre fonction, je pense que sur ce sujet vous êtes passé à côté en parlant d’un corps que vous ne connaissez pas. Je vous souhaite du plaisir le jour ou avec de telles pensées vous irez annoncer la mort d’un des notre tombé en service. Je vous renvoie au drame survenu avec notre collègue Aurélie Fouquet.
    Méditez, méditez Monsieur le Député…..
    Un PM très en colère !

  9. gege60 dit :

    je suis consterne par la prise de poSItion de Mr URVOAS QUI joit sa signature a celles d’elus UMP(un comble)pour s’opposer à l’entree de la palestine à l’ONU
    etre strauss hannien a ce point est anti progressiste et en dit long sur certaines positions d’elus PS tres proches de l’UMP,comme Besson,Bockel et meme Valls
    de la clarte Mr URVOAS:gauche ou droite

  10. le sauze dit :

    nous les oubliés de l’après 19 mars 1962, monsieur le député, ayant effectué mo service militaire à oran (algérie) nous revendiquons qu’il nous soit attribués la carte de combattant ,je rappelle de juillet 1962 àjuillet 1964 ; 535 militaires appelés sont morts pour la france,ainsi que des centaines de blessés et de disparus, 160.000 harkis de massacrés,ainsi que des milliers d’européens(la valise ou le cerceuil) le 5 juillet 1962 à oran 5000 européens furent massacrés par les membre de l’a.l.n et de f.l.n, sous les yeux des 18000 militaires français qui se trouvaient à oran et alentours ,ce jour là;et qui avaient l’ordre de paris de ne pas intervenir. (ceci n’est pas très glorieux pour la france). sans compter les essais nucléaires au sahara et ceci sans aucunes protection.monsieur le député, et messieurs les élus de la nation ne nous oubliez pas,vu notre age il y a urgence.veuillez agréer,monsieur le député,l’expression de ma haute considération. jean le sauze.QUERRIEN.

  11. LESIEUR Hervé dit :

    Bonjour Monsieur le Député
    J’ai lu Ouest France ce jour et écouté France Inter.. Etre Directeur de la Gendarmerie pour donner de telles directives en matière de gestion de la délinquance..Il y a de quoi s’inquiéter.
    J’ai été commandant de brigade départementale de renseignements judiciaires à QUIMPER,de 2000 à 2006, l’unité qui assure donc la gestion départementale de la délinquance et donc de la statistique qui s’y rattache. Je n’ai jamais reçu de directives de la hiérarchie soit pour tronquer ou pour biaiser les chiffres de la délinquance – Elle était telle que les faits étaient constatés par les unités du groupement avec un contrôle réel et sérieux de toutes les infractions constatés sur le plan groupement – Je soulèverai cependant un problème sur le sujet que vous traitez aujourd’hui. Vous abordez les chiffres comparés de la délinquance constatée. Il aurait peut être été judicieux de faire aussi le comparatif des faits élucidés durant la même période et de plus en faits constatés aborder le problème avéré de la délinquance itinérante reconnue imputable en majeure partie aux gens des pays de l’Est, faits qui quelquefois ne se résolvent qu’à longue échéance en dehors du flagrant délit.
    De ma solide expérience et connaissance de ce que sont les statistiques de la délinquance et des index rattachés aux diverses infractions il y a là aussi matière à revoir les critères d’index statistiques dans le guide de méthodologie.
    Je vous souhaite en tous cas d’obtenir satisfaction dans vos objectifs politiques.

  12. Naig Le Gars dit :

    Naig Le Gars Kemper, le 8 décembre 2011
    Kuzulierezh Rannvro Jean Jacques Urvoas
    Conseillèrerégionale Député
    naig.2@wanadoo.fr
    12, rue des Reguaires
    29000 Kemper
    06.86.76.28.28
    Objet : TVA réduite sur le livre.

    Monsieur le député,

    Lors du premier plan de rigueur, début septembre 2011,  un carrousel  avait  vu l’Assemblée Nationale voter une  taxe de 2% sur les nuitées d’hôtels de luxe à plus de 200€ la nuit, puis abandonner cette taxe, puis la remplacer par une autre taxe sur les parcs à thème, et enfin par une hausse de la TVA.

    Le projet de loi de finances rectificatives, voté en ce moment à l’Assemblée Nationale  met en place la nouvelle TVA réduite à 7%, alors que celle-ci était de 5,5% jusque là. Le livre faisait partie des biens culturels protégé par cette TVA réduite  et chacun sait combien le commerce des librairies indépendantes de proximité que la loi de 1981 a sauvé, était menacé. Or, avec ce nouveau plan d’économie annoncé par François Fillon, toute la filière du livre déjà menacée et fragilisée par l’évolution technologique sans précédent et la transition vers un marché numérique, à l’instar de la presse, va subir un second choc avec l’augmentation du taux de la TVA réduite. Alors que la rentabilité de la librairie française s’établit autour de 0,3% de son chiffre d’affaires avant impôt, cette fragilité l’empêchera de résister au choc de cette progressivité du taux de 5,5% à 7%, et c’est à terme, l’ensemble de la création littéraire qui est menacée. Le Sénat, lui,  a retoqué l’augmentation de la TVA réduite.
    La question concerne d’autant plus fortement la Bretagne, sur un plan culturel mais aussi au plan économique et de l’emploi, qu’elle est la 2ème région de France, après l’Ile-de-France, en matière d’édition et de salons du livre.
    Il y a à peine deux mois, aux Assises Nationales de la librairie,  Frédéric Mitterrand avait, dans un vibrant plaidoyer, défendu la cause des libraires indépendants. A peine deux mois plus tard, le gouvernement auquel appartient le Ministre de la Culture met en danger pour un retour fiscal potentiel mineur, l’équilibre sur lequel repose la chaîne du livre.
    Je fais miens les propos du député socialiste Christian Eckert qui regrette que certaines mesures n’aient pas été prises en compte dans le plan de rigueur et dans le projet de loi rectificative : taxation des transactions financières, suppression de la niche Coppé, détaxation des heures supplémentaires, et je le cite : « Ce qui veut dire que les Français vont payer plus d’impôts sur les transports publics, l’eau, le livre, les cantines d’entreprise, la collecte des ordures ménagères, mais pas sur le homard. »

     Les députés et sénateurs de  gauche  qui siègeront  dans le cadre de la commission mixte paritaire ce mercredi 14 décembre 2011, auront le pouvoir de proposer un changement de la loi. Nous vous demandons d’intervenir auprès d’eux car  le livre est aussi un produit de première nécessité.  Nous comptons sur votre opposition à l’application de cette TVA à 7% qui menace directement toute la chaîne du livre (écrivains, imprimeries, éditeurs, librairies, bibliothèques) sur tout notre territoire.  

    Je vous remercie pour l’attention que vous porterez à ces éléments, pour la réponse que vous ne manquerez pas d’apporter à ma demande, pour l’intérêt avec lequel vous allez défendre la filière du livre.

    Je vous prie d’agréer, Monsieur le député, cher Jean Jacques l’expression de mes sentiments les meilleurs.
    Naig Le Gars

  13. david dit :

    Monsieur le député, vous oubliez dans vos propos que la montée du FN a été orchestrée par votre parti dans le tournant des années 1980 afin de diluer les votes de la droite.
    Vous parlez de sécurité alors qu’à ma connaissance, rien dans votre parcours professionnel, universitaire ou d’élu ne vient témoigner d’une quelconque expertise.
    Vous parlez d’une gauche forte alors que le vote n’est qu’un vote réactif à la crise. Qui ne serait pas séduit par l’idée que demain les salaires vont augmenter, qu’on va faire payer les « riches » ? La preuve en est qu’environ 55 % des voix sont allées aux partis de gauche.
    Une sanction contre N. Sarkozy ? Non, juste marre de payer, payer et toujours payer !
    Bref, vous me faites penser à la « glorieuse » époque communiste russe post-révolution. L’époque du Stakhanovisme, des « miracles » de la science soviétique. On sait ce qu’il en reste !
    Le dogmatisme dont vous faites preuve ne relèvera pas la France de la crise qui l’assomme.
    Je n’étais pas favorable à N. Sarkozy au début de la campagne présidentielle. Grâce à vous, il gagne des voix.
    Peut-être demain F. Hollande sera-t’il élu président de la République ? Je pense réellement que nous aurons alors, si vous persistez dans votre programme onirique, cinq années de galère supplémentaires. Vous voulez que l’industrie relance l’économie ? Vous avez tout raté de ces 30 dernières années alors ! La France, malgré ce que j’aimerais en penser, n’est qu’un tout petit pays. Nous ne devons notre place au niveau international qu’à notre histoire et au travail de certains hommes politiques aujourd’hui disparus ! Aucun depuis M. de Gaulle n’a eu de réelle influence sur le monde. Juste un peu au niveau européen et aussi parce qu’on est moins « chiants » que les anglais !
    Votre programme va plonger la France dans un état bien pire qu’il n’est déjà et à ce titre, je dirais aussi que votre parti n’est pas un parti républicain. Le dogmatisme tue.

  14. Mr le député Jean Jacques Urvoas,

    JE VOUS FAIS PARVENIR CET ARTICLE DANS LEQUEL
    EST INCLUSE UNE VIDEO OUTRAGEANTE ET
    INSULTANTE VIS A VIS DE NOTRE AMI FRANCOIS HOLLANDE.
    Cette femme insulte François Hollande violemment !
    Celà est passible de 45000 € d’amende !!!
    On ne peut laisser passer de telles insultes de la part d’une femme qui est
    maire d’Aix en Provence.
    Il faut la sanctionner et prendre rapidement oui! rapidement
    des mesures nécessaires pour lui infliger une correction
    exemplaire.
    http://www.citylocalnews.com/aix/2012/05/07/maryse-joissain-francois-hollande-est-illegitime

    J’en suis outré à lui arracher les yeux !
    Je vous laisse le soin d’analyser mon courriel !
    Il faut agir et punir, c’est inadmissible de juger
    un homme aux grandes qualités tant reconnues
    par d’autres hommes politiques de gauche comme
    de droîte.
    Je ne suis toutefois pas étonné il y à d’autres « similaires »
    la Morano, la Pécresse, le Copé, le Juppé, la N.K.Morizet,
    et la Boutin qui à critiqué le choix de Bayrou sur son vote !!!
    Dehors, tous ces bandits de la droite dure, à coups de pompes
    au cul !
    Pardonner ma colère contre ces gens mais je suis outré.

    Un cliché qui me plait beaucoup ! (Ouest France)
    Il reviendra nous voir, je le sais !
    Vive notre nouveau président François, un prénom qui
    ne peut être synonyme de mépris du peuple!

    Jean Jacques Kerloch. (Quimper)
    (Courriel identique envoyé à Bernard Poignant)

  15. Lucas Dominique dit :

    Monsieur le Député,
    Le nouveau président de la République, François Hollande, a inscrit dans son programme (mesure 31) l’instauration d’un « mariage » entre deux personnes de même sexe, assorti d’un droit d’adopter des enfants. Il entend également permettre à deux femmes d’avoir recours à l’insémination artificielle avec donneur anonyme de sperme (interview au magazine Tétu, avril 2012).
    Imposer à un enfant « deux papas » ou « deux mamans » constitue une discrimination qui viole gravement ses droits fondamentaux. Il est injuste d’imposer à un enfant sans défense une confusion des repères sur sa propre filiation. Tout être humain a naturellement besoin du père et de la mère qui l’ont conçu pour grandir et s’épanouir. Il appartient à la société de donner aux enfants privés de leurs deux parents un père et une mère adoptifs, ainsi qu’un soutien approprié aux parents qui élèvent seuls leurs enfants (familles « monoparentales »), mais il n’est pas de la compétence d’un gouvernement de remettre en cause le besoin fondamental des enfants d’être élevés par un homme et une femme.
    Aujourd’hui en France, 25 000 couples composés d’un homme et d’une femme sont en attente d’adoption ; moins de 1 000 enfants français sont adoptés chaque année et le nombre d’adoptions internationales est en forte chute (1995 en 2011). Une telle réforme pénaliserait à la fois les enfants adoptables et les couples en attente d’adoption.
    Il s’agit, vous l’avez compris, de protéger les enfants contre la privation délibérée d’un père ou d’une mère, non de stigmatiser les personnes homosexuelles, dont je respecte par ailleurs les choix.
    Compte tenu de l’extrême gravité du sujet et alors que le calendrier semble se précipiter au détriment de la concertation, malgré les engagements réitérés du président de la République à consulter la société civile sur les réformes envisagées, je vous demande aujourd’hui de vous exprimer en faveur d’un tel débat auprès du Gouvernement. Il en va de la vitalité de notre démocratie.
    Me tenant à votre disposition pour toute question concernant ce sujet, je vous prie de croire, Monsieur le député, en l’expression de ma considération.
    D. L.

  16. Berger Mimoune dit :

    Monsieur le Député,
    Elu de la république, il est de bon ton de maîtriser un minimum ses paroles.
    Ce matin je tombe sur un article traitant du cannabis ( 20minutes.fr ) et je lis ça, entre autres:

    « Lui prône plutôt la «contraventionalisation» qui permettrait «d’alléger les procédures» pour les policiers. Cette mesure «serait la reconnaissance de l’existant», abonde Jean-Jacques Urvoas qui plaide également pour la contraventionalisation car «la situation existante n’est pas satisfaisante en terme de répression et de santé publique». Et l’élu d’insister: «C’est comme la sécurité routière: les résultats sont immédiats dès qu’on tape le porte-monnaie». Surtout, pour Jean-Jacques Urvoas, «nous ne sommes pas en situation de tenter ce pari de la dépénalisation en terme de moyens humains et techniques». »

    Je vous ferais remarquer que « taper » encore davantage les français risque à force de les pousser davantage à ne plus respecter cette accumulation de remises en causes. Savez-vous ce que c’est de vivre avec un SMIC? Tout le monde ne dispose pas de votre force financière. Quand on a plus de travail, plus de voiture et plus d’argent on fait quoi?
    Quand au cannabis, votre position arrange bien les réseaux terroristes qui se voient donc confortés comme dealers attitrés de nos jeunes.
    Vous représentez un très très belle région et un département exceptionnel, mais à l’heure de l’Europe il serait temps de regarder ce qui se fait chez nos voisins….. et arrêter d’être un simple suiveur opportuniste.
    Salutations.

    • Berger Mimoune dit :

      Et pour apporter un peu d’eau au moulin: combien personnes circulent sans permis de conduire et/ou sans assurance / contrôle technique….?
      Le permis à point est une calamité et s’avère inégalitaire ( rachat de points par stages €€€€ ).
      On pari combien que pour votre approche « pragmatique » du sujet cannabique les conséquences seront au moins autant désastreuses?
      Pourquoi accélérer à la vue d’un mur?

  17. Samir dit :

    Monsieur le députe,

    N’ayant pas reçu de réponses a des questions légitimes je déduis que vous êtes indigne de représenter les Français. En effet, est-il normal qu’un élu Breton se coalise contre la justice en étant contre la création d’un État Palestinien et faire pression pour saboter une enquête parlementaire concernant l’affaire Merah. Êtes- vous au services du peuple français et ses intérêts ou vous êtes le porte voix comme tant d’autres du CRIF et ses officines.

    Honte a vous Monsieur le député et a vos prises de positions injustes!

  18. Joucla Jean dit :

    Bonjour.
    Mariage pour tous = mariage pour les homosexuels

    * Le mariage entre homosexuels est présenté comme un « droit »
    et une question de « justice », par « égalité » avec les hétérosexuels.
    ** Peut-on parler de « droit » en ce qui concerne le « mariage » ?
    ** Est-il juste ou injuste que certains se marient et d’autres pas ?
    ** le projet « mariage pour tous » créerait-il une véritable égalité entre couples ?
    NB.- Le droit, un droit : «capacité de réaliser, exiger quelque chose, d’y prétendre» (Larousse)

    I- DROIT et DEVOIR.

    1- Il n’y a pas de droit absolu ; tout droit est relatif à la nécessité, au devoir, à l’obligation ou responsabilité morale ou sociale qui lui correspond.

    2- C’est le devoir qui fonde le droit. C’est parce que je respecte mon contrat de travail
    que j’ai le droit d’être payé.

    3- La loi ne fait aucune obligation, à n’importe quel citoyen, de se marier.
    Nul n’est, par suite, fondé à revendiquer un droit relatif au mariage.
    Se marier ou ne pas se marier reste un choix incombant aux personnes.
    La société légifére, ensuite, les situations engendrées par ces choix.

    II- JUSTICE / INJUSTICE et EGALITE / INEGALITE.

    1- La justice est dans le respect de l’équivalence devoir – droit.
    L’injustice est dans le non-respect du rapport devoir – droit.
    soit on exige l’accomplissement du devoir sans accorder les droits qui y correspondent. Cf travailler sans être payé.
    soit on revendique des droits alors qu’on n’accomplit pas les obligations
    qui correspondent. Cf je veux être payé autant que mon chef.

    2- Egalité / inégalité deviennent le critère de justice / injustice.
    La loi, la réglementation déterminent les « références » qui serviront de critère.
    Dans la même société, les ouvriers accomplissant le même travail, avec les mêmes
    qualifications, ancienneté, durée ont droit au même salaire ; c’est justice, sinon on
    commet une injustice. Cf égalité de salaire hommes et femmes.

    III- INEGALITES et DIFFERENCES.

    1- Les différences ne sont pas des inégalités.
    Je suis « homme » et vous « femme », « petit » et vous « gros », « bien portant » et vous
    « malade », « marié » et vous « célibataire », à orientation « hétérosexuelle » et vous
    « homosexuelle »… ce sont des différences,qui tiennent à notre spécificité humaine ;
    ce ne sont pas des inégalités.

    La justice, c’est de respecter ces différences.
    L’ injustice serait de ne pas tenir compte des différences, d’exiger l’égalité de
    traitement.
    Il serait ridicule et insensé de prétendre, par exemple, habiller de la même manière un
    homme et une femme, un petit et un gros, de soigner un bien portant comme un malade.

    2- Les différences homme – femme ne sont pas des inégalités, mais des différences
    de l’ordre de la nature.

    * Mariée ou pas, la femme est, seule, apte à concevoir et à enfanter
    Au nom de l’égalité avec les femmes, les hommes revendiquent-ils le droit à enfanter ?!

    * Hommes et femmes ont une orientation hétérosexuelle ou homosexuelle.
    C’est une différence, non une inégalité. D’ailleurs, homosexualité n’est pas
    synonyme de stérilité, infécondité ; des hétérosexuels mariés peuvent être stériles,
    inféconds.

    3- Ne pas confondre « possibilité » et « droit » :
    Vivre seul ou en couple, est une « possibilité » pour tous, mais relève d’un choix des
    personnes, non d’une obligation morale ou sociale qui fonderait un « droit » au mariage
    ou au célibat.
    Le PACS est, en France, une institution qui permet de vivre en couple, sans être
    marié et qui est ouverte à tous sans distinction d’orientation sexuelle.

    IV- LE MARIAGE HOMOSEXUEL SERAIT-IL FACTEUR D’EGALITE ?

    PRINCIPE. Il faudrait que devoirs et droits soient équivalents entre les couples qu’ils
    soient hétérosexuels mariés, pacsés hétéro- ou homo- sexuels et
    homosexuels mariés, gays et lesbiennes.

    Problèmes de la procréation des enfants.

    Tous les enfants naissent, nécessairement, de l’union effective ou assistée d’un
    homme et d’une femme.

    1- Les couples hétérosexuels mariés peuvent procréer leurs enfants.
    Les couples homosexuels, gays ou lesbiennes, ne peuvent procréer seuls ; ils doivent
    recourir à des tierces personnes, par des procédés techniques.

    2- Ce mariage créerait une inégalité entre gays et lesbiennes, en raison de leur
    différence naturelle homme-femme : les couples de lesbiennes pourraient
    bénéficier de la PMA ; les couples gays ne le pourraient pas.

    3- L’enfant n’est pas un DROIT du couple, car il n’y a aucune obligation d’avoir des
    enfants. C’est le fait d’avoir des enfants qui fonde :
    et le droit des enfants à vivre, à être protégés, à être éduqués
    et le devoir des géniteurs, ou leurs substituts, à leur égard.

    ** Il n’y a pas de droit A l’enfant, mais des droits DE l’enfant.
    ** PMA, mère porteuse… marchandisation du corps.

    Problèmes liés à l’éducation des enfants.

    1- L’enfant est normalement éduqué par ses géniteurs ou leurs substituts, couples père-mère-enfant ou, pour les familles recomposées, homme-femme-enfant, c’est-à-dire dans un milieu mixte.
    La mixité est, aujourd’hui, le fait de toute société : mixité de vie, de relations, à l’école, au travail.
    Elle est révolue l’époque où on éduquait les garçons d’un côté, les filles de l’autre.

    2- Même si des couples homosexuels élèvent, et bien, des enfants,
    ils ne sont qu’un petit nombre ; ce n’est pas une raison suffisante pour en faire une loi
    vu que une loi doit concerner à une généralité
    ce ne serait pas un « progrès » en mixité, mais un « retour en arrière »

    Pire, ce serait, indirectement et subrepticement, mettre les couples hétérosexuels au service, en quelque sorte, des couples monoparentaux.. Hétérosexuels, faites de enfants, afin que nous, homosexuels, puissions en élever quelques-uns.

    3- Problème de la filiation. Connaître ses « racines » est une exigence morale et vitale pour tout être humain.
    L’éducation en milieu monoparental (masculin ou féminin) rend impossible l’exigence de filiation. Qui est mon père ? Qui est ma mère ? Il n’y aura pas de réponse.

    En résumé :

    1- La procréation est une exigence naturelle de l’espèce humaine ; mais on ne peut pas validement, parler de « droit au mariage » homosexuel ou hétérosexuel..

    2- Les différences homme-femme ne constituent pas des inégalités. C’est la manière de considérer et de traiter ces différences d’une manière injuste qui crée les inégalités.
    L’ inégalité est corrélative à l’ injustice, comme la justice est corrélative à l’égalité.

    3- Il n’y a pas de droit A l’enfant, mais des droits DE l’enfant.

    4- Le mariage homosexuels ne crée pas l’égalité entre les couples, mais des inégalités :
    ils ont recours à des procédés non-naturels contrairement aux hétérosexuels
    entre gays et lesbiennes (PMA, mère porteuse)
    l’enfant est éduqué en un milieu non-mixte
    l’enfant est privé de ses racines (filiation).

    Jean Joucla
    14 janvier 2013

  19. Philippe Bouts dit :

    Monsieur le Député,

    En tant que citoyen, salarié et militant de gauche, je me permets d’attirer votre attention sur l’accord signé récemment entre le MEDEF et la CFDT, accord dit sur la « sécurisation de l’emploi » qui doit être retranscrit sous forme de loi à l’Assemblée Nationale dans quelques semaines.
    Cet accord me surprend beaucoup car il ne sécurise en aucun cas l’emploi, il m’apparaît, au contraire, qu’il le précarise et supprime le peu de stabilité que comportaient jusque-là les contrats de travail. En outre, il me paraît beaucoup plus en faveur du patronat que des salariés. Il est également très surprenant que les députés et le gouvernement se laissent dicter des textes de lois par le syndicat patronal et des syndicats de salariés minoritaires. Cet accord peut, en effet, être facilement mis en cause car signé par des syndicats ne représentant qu’environ 38% des salariés : sommes-nous encore en démocratie quand un tiers des salariés peut imposer sa loi aux deux autres tiers ?

    La taxation des contrats à durée déterminée reste de la poudre aux yeux : lorsqu’on voit tous les cas d’exonération, très peu de ces contrats seront taxés, le recours à cette forme précaire d’emploi ne diminuera donc pas. Il aurait été plus efficace de limiter le nombre de ces contrats dans chaque entreprise par la voie législative. En contrepartie, le MEDEF obtient l’exonération, pour plusieurs mois, des cotisations chômage sur les CDI signés avec les moins de 26 ans. La balance est, à l’évidence, en faveur des entreprises !

    Il est stipulé : « en cas de graves difficultés conjoncturelles, il sera possible de conclure des accords d’entreprise permettant de trouver un nouvel équilibre dans l’arbitrage global temps de travail : salaire : emploi ». Cela veut dire que les salariés n’auront plus aucune stabilité : ni dans leurs revenus, ni dans leurs horaires, ni dans leur emploi ! Les signataires de l’accord du 11 janvier ne se rendent sans doute pas compte à quel point cela va remettre en question la société. Par exemple : quelle banque va accorder un crédit à une personne qui n’est plus sûr de rien concernant son travail ? Un commerce en difficulté va-t-il modifié ses horaires d’ouverture ? Il y a pire : dans ce cadre, un salarié n’acceptant pas une diminution de son salaire sera licencié sans possibilité de recours aux Prud’hommes, que devient la (relative) protection des salariés ? Monsieur Sarkozy rêvait de supprimer les Prud’hommes, on dirait bien que Monsieur Hollande va le faire ! De même, en cas de refus de minimum 10 salariés, le recours au plan social ne sera plus obligatoire ! En tant qu’homme, en tant que salarié et en tant que militant de gauche, je refuse absolument cette dégradation insupportable de mes conditions de travail. Il est à noter que le patronat ne s’est pas engagé clairement à diminuer les salaires des dirigeants ou les dividendes versés aux actionnaires, les salariés deviennent ainsi définitivement la seule variable d’ajustement dans une entreprise, c’est une injustice flagrante !

    Dans le même état d’esprit, il est prévu de raccourcir les délais (de 5 à 2 ans) de recours contre les licenciements et de toute autre action comme le paiement des congés payés ou heures supplémentaires dues. Pourquoi raccourcir ce délai ? Cinq ans n’est vraiment pas un délai exagéré, le patronat aurait donc tellement mauvaise conscience ? Mon désaccord est le même concernant le plafonnement des indemnités pour licenciement abusif : une entreprise qui a recours à ce genre d’abus de pouvoir devrait, au contraire, être sanctionnée très sévèrement ! Il faut également supprimer l’existence du licenciement en accord amiable.
    Imposer la mobilité géographique dans le cadre d’un plan social est une très mauvaise idée. Ainsi, le salarié qui souhaite rester dans sa famille, qui veut garder sa maison familiale, dont le conjoint travaille dans la même région serait sanctionné ? Vous savez, Monsieur le Député, être licencié est déjà une catastrophe, mais si on doit choisir entre le licenciement et la famille, dans quel état d’esprit seront-nous ? Dans le ressentiment, tout simplement !
    Les patrons veulent aussi revenir sur l’obligation d’élections de délégués du personnel et de comité d’entreprise, je n’ose pas dire ce que j’en pense : ces propositions sont reprises de l’extrême droite… Nous, à gauche, voulions une représentation des employés au conseil d’administration, cette demande est tellement édulcorée qu’elle concernera environ 200 entreprises, quelle avancée !

    Quant aux « avancées », elles sont bien parcellaires et non définitives : la complémentaire santé sera payée en grande partie par les salariés et ne fera qu’engraisser les assureurs, les droits rechargeables à l’assurance chômage ne sont pas définis, l’encadrement du temps partiel subi pourra être contourné …

    De manière plus générale, je voudrais aussi vous parler de deux choses importantes :

    Dire qu’un point sera négocié dans le cadre d’accords d’entreprise est une erreur grossière, sans doute une façon de se débarrasser du problème. Tout simplement parce que, au sein d’une entreprise, le rapport de force est toujours en faveur du patron, il a, lui le pouvoir ! Lors d’un accord d’entreprise les salariés ont toujours une épée de Damoclès au-dessus de la tête, en aucun cas ils ne seront en position de négocier réellement.
    Deuxième point : quand une entreprise a des difficultés, ce n’est jamais à cause des employés, c’est le patron qui est en cause. J’ai été chef d’entreprise, lorsque le chiffre d’affaire commençait à baisser, je ne licenciais pas : je cherchais de nouveaux clients ou de nouveaux secteurs d’activité. Pour moi il faut punir les patrons dont les entreprises licencient, ils sont coupables d’erreurs de gestion.

    Dans l’espoir que vous abonderez dans le même sens, je vous prie d’agréer, Monsieur le Député, l’expression de mes sentiments les meilleurs,

  20. Tania Teixier dit :

    Monsieur le député,

    Je ne sais comment vous joindre. Je vous ai envoyé plusieurs mails, contacter votre secrétariat. Je me permets donc de vous laisser un message sur votre blog. Je souhaiterai vous rencontrer ou du moins vous contacter par mail dans le cadre d’un mémoire de recherche. Je suis actuellement en Master 2 de droit public approfondi à la faculté de droit d’Aix Marseille et j’ai choisi pour mon mémoire de fin d’études le thème : opposition et majorité depuis la révision constitutionnelle de 2008 sous la direction de Mme le professeur Ariane Vidal Naquet. En effet, j’ai choisi d’ étudier les rapports entre la majorité et l’opposition au sein de l’enceinte parlementaire depuis la révision constitutionnelle de 2008 et de constater le renouvellement ou non de ses rapports. Dans ce contexte, il serait fort intéressant pour moi de vous rencontrer afin que vous puissiez me livrer votre lecture du renouvellement des rapports entre la majorité et l’opposition depuis 2008, en pratique, en tant qu’homme politique et acteur de cette évolution. D’autant plus que vous avez étudié de près la question.

    Je me tiens à votre entière disposition à pouvant me rendre sur Paris par mes propres moyens, à votre convenance, ou pouvant vous soumettre par mail un questionnaire ou encore par entretien téléphonique.

    Espérant une réponse positive de votre part,

    Veuillez agréer, Monsieur le député, l’expression de mes salutations respectueuses et dévouées.

    Mlle Tania Teixier

  21. cher jean jacques un petit bonjour d une lointaine voisine de la rue de l yser. Je te vois parfois a la tv.Je souhaiterai avoir de tes nouvelles autre que politique, et pourrais-tu transmettre ma plus sincere amitie a ta famille, notamment a ta maman et a ta soeur qui jouait si bien du piano? Merci de tout coeur.Je vis toujours a Toulon et te recevrai avec grand plaisir si un jour tu y passais. Je t embrasse bien amicalement.Sylviane

  22. mechain dit :

    le conseil ,constitutionnel conclu sur la fin du monopole de la sc,ENFIN,militant pour revendiquer ce droit depuis 20 ans, texte existant le prouve,associer a mr claude reichman et les médecins n sont pas des pigeons les tribunaux souhaites faire des exemples et m intimide directement en mettant mon entreprise en rj. J AI CONTACTE TOUS LES DEPUTES ET SENATEURS A SAVOIR SI LE COURAGE EST DS VOS RANGS POUR EVITER LA POURSUITE DU TRIBUNAL ET RECONNAITRE LEQUELS D ENTRE VOUS ALLEZ NOUS AIDER PAR VOS COURRIERS ET INTERVENTIONS PERS O MERCI

  23. Bourhis Sophie dit :

    Bonjour,
    Je suis maman d’un garçon de 8 ans en classe de CE2 l’école Jacques Prévert à Quimper, j’en appelle à vous pour que vous puissiez nous aider.
    Ils sont 20 dans la classe CE2 et avec la nouvelle réforme du rythme scolaire, ils n’ont pas d’enseignant les mercredis matins.
    Un remplaçant a été nommé pour la maitnée du mercredi 11/09/2013, pour les autres mercredis l’inspecteur académique ne sait pas si un enseignant sera présent. De plus dans la semaine, ils ont déjà 2 enseignants (un enseignant titulaire les lundis, mardis et vendredis et un remplacant le jeudi, le mercredi ? : personne). C’est une classe qui, au CP, a connu une multitude de remplaçants. Alors stop ! Ce sont des enfants qui sont contents d’aller à l’école, alors j’en appelle à vous pour : les aider, ne pas les dégoûter et leur donner envie de continuer à s’épanouïr dans leur vie scolaire. Nous souhaitons qu’un enseignant soit nommé et le même pour tous les mercredis matins. Merci.
    Cordialement.

  24. stevenin dit :

    Monsieur le Député, je vous félicite de vos excellentes interventions mais je ne souscrits absolument pas à votre position exprimée du la chaine parlementaire hier sur « l’ecotaxe » et sur un point précis qui tient au droit fondamental : vous estimez que cette disposition fiscale aurait dû faire l’objet d’un phase d’expérimentation. Il ne faut pas dire cela même si c’est vrai !. Cela touche à votre responsabilité politique. Je m’explique

    Le droit (et une disposition fiscale en fait partie) qui doit dominer la politique (l’état de droit) ne peut intégrer l’expérience et c’est ce qui fait souvent sa faiblesse et le fait qu’il tâtonne. En effet, si elle est permise aux scientifiques et aux artistes dont c’est une facteur de progrès, l’expérience rend possible l’erreur, l’errance même, vues comme facteurs de progrès. Le droit ne l’admet pas, hélas pour lui. C’est vrai tout de suite sinon il perd tout crédit. Du moins le droit moderne, démocratique. Car les hommes politiques en régime parlementaire doivent être immédiatement comptables de leurs erreurs devant les citoyens (parlement). Et pas seulement les hommes politiques dans l’action exécutive mais c’est vrai aussi pour les législateur et les juges. Que dirait-on si un juge vous disait : je vous condamne à titre expérimental ? Si les hommes politique faisaient admettre le principe des lois « expérimentales », que resterait-il de la démocratie puisque ces hommes se retrancheraient derrière leur droit à l’erreur ? Et aussi que l’expérience en question se fait toujours en politique sur des êtres humains, ne l’oublions pas.. C’est probablement la raison de exaspération des parents autour des rythmes scolaires. Ils ont l’impression que cette réforme venant trop vite après une autre est expérimentale, et dont leurs enfants. feraient les frais.

  25. Allou Evelyne dit :

    Monsieur le Député;
    Nous étions quelques uns à nous réjouir d’apprendre que vous rapporteriez le projet de loi sur le vote blanc à l’Assemblée Nationale et que cette loi pourrait entrer en vigueur dès le 1er mars 2014.Or aujourd’hui il se murmure que la commission des lois que vous présidez souhaite enterrer ce projet. Pourriez vous nous éclairer sur ce point? Sachez toutefois que dans l’esprit de nombreux mécontents germe l’idée d’un vote FN mais pour d’autres tout aussi mécontents mais malgré tout lucides et non racistes le vote blanc est un espace de liberté démocratique et vaut surement mieux qu’une abstention qui de toute façon ne vous profiterait pas . Merci d’avance pour votre réponse. Cordialement

  26. Florent Le Bras dit :

    Bonjour,

    Cela fait des mois que j’attends le changement tant promis. Je ne vois rien venir. La décentralisation de votre collègue Mme Lebranchu est morte-née, la ratification de la charte des langues régionales également, etc etc…

    Comme une majorité de Bretons, j’ai voté pour votre parti et je m’en veux terriblement. Si rien ne bouge, la chute du PS aux prochaines élections va être très rude. Comment se fait-il, alors qu’il y a plusieurs Bretons au gouvernement, que rien ne bouge ? Quel est ce silence assourdissant ?

    Je vais finir par aller manifester aux côtés des Bonnets Rouges. C’est peut-être eux qui incarnent le changement à venir.

    Florent, un socialiste déçu (très déçu)

  27. Benjamin dit :

    Monsieur le Député et Président de la Commission des lois constitutionnelles,

    Loin de moi l´envie de vous faire perdre votre temps en futilités, laissez moi rentrer directement dans le vif du sujet.

    Notre démocratie est malade et je n´ai aucun doute sur le fait qu´il existe un remède que nous pourrions expérimenter. Ce remède c´est le référendum d´initiative citoyenne.

    L’association « Article 3 » a élaboré un texte général qui en inscrirait le principe dans l’article 3 de la Constitution, laissant le soin aux parlementaires d’en déterminer les modalités pratiques dans une loi organique. Il est ainsi formulé (les modifications à l’article 3 actuel sont entre crochets) :

    « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum [d’initiative citoyenne, en toutes matières y compris constitutionnelle et de ratification des traités ; cet article ne peut être modifié que par voie référendaire.] »

    Il me semble que le Parti Socialiste aurait tout intérêt à être à l’origine de cette avancée démocratique majeure (que je suis tenté de comparer à l’obtention du droit de vote pour les femmes en 1944), d’autant que la droite a déjà déposé plusieurs propositions de loi sur le même sujet : n° 1248 (N. Dupont-Aignan, juillet 2013), n° 1457 (J-P Decool, octobre 2013), n° 1759 (D. Cinieri, février 2014) et n° 1794 (G. Collard, février 2014).

    J´ai commencé a prendre contact avec mon député Pierre-Yves Le Borgn´ afin de fixer un rendez vous pour parler de ce referendum d´initiative citoyenne. Sa réponse ne laissait aucun doute quand à son intérêt pour cet avancée démocratique majeur, malgré de légères inquiétudes quand aux modalités.

    Après avoir essayé de tout faire pour que les propositions de lois en faveur du RIC faites par l´UMP soit inscrites a l´ordre du jour de l´assemblée nationale le 17 avril dernier, j´imagine qu´il est préférable, en tant que président de la Commission des lois constitutionnelles, que ce soit vous qui proposiez la proposition de loi de l’association « Article 3 » et permettiez son inscription à l´ordre du jour de l´assemblée nationale.

    Merci de votre considération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>