Ce matin j’ai donc participé devant 200 personnes environ à un débat sur l’avenir des langues régionales organisé par la coordination à l’origine de la journée revendicative.

J’y intervenais au nom de François Hollande et mon propos était de ce fait plus aisé que ceux qui représentaient Nicolas Sarkozy ou Jean-Luc Mélenchon dont l’hostilité au développement des langues régionales est de notoriété publique.

Pour le premier, « aimer la France » c’est tout simplement  » refuser de ratifier la charte des langues minoritaires » !!! On ne peut pas faire plus caricatural. Quand on pense que le même candidat sortant n’a eu de cesse durant son quinquennat de tenter de faire croire qu’il se souciait des langues. Il suffit de se rappeler de son plaidoyer lors de sa dernière visite en Bretagne, c’était le 9 mars 2011 dans le Morbihan. On relira avec profit ma remarque d’alors en cliquant ici.

Quant à Jean Luc Mélenchon, on se rappelle qu’il avait dans un débat au Sénat qualifié Diwan de « secte » et qu’il avait dans le même endroit proclamé sa fierté d’être  » jacobin, ne parlant que la langue française – et l’espagnol, langue de mes grands-parents. » Personne ne songe évidemment à lui en disputer le droit. Les contorsions de ses représentants lors du débat n’en semblaient que plus acrobatiques.

Enfin, pour mémoire, je rappelle que François Hollande a pris l’engagement de ratifier la charte. Cela figure en toute lettre dans le programme que je ne cesse jour après jour de présenter et de diffuser dans la circonscription.

Facebook

Twitter