Tonique

Publié dans Articles | 8 commentaires

Christiane Taubira est la première ministre auditionnée par la commission des lois dans cette nouvelle législature.

C’était une volonté de ma part qui a rencontré son souhait. La garde des sceaux était donc dans nos locaux au 2ème sous-sol de l’Assemblée à 9 h 30 pour participer à un échange qui dura jusqu’à 11 h 45. Vous pouvez en retrouver le contenu sur le site de l’Assemblée.

L’ensemble fut à l’image de la ministre de la justice : tonique et dense, précis et rugueux. Ce fut un beau moment de politique où les convictions prirent largement le pas sur les postures. Peu ménagée par les députés de l’UMP qui l’accusaient de laxisme ou d’angélisme, Christiane Taubira a, avec force, défendu les nouvelles orientations de la politique pénale. Qu’il était enfin agréable d’entendre que « l’objectif n’était pas de faire du chiffre, d’avoir des milliers et des milliers de places de prison » mais que notre ambition était « de travailler à la réinsertion et à la prévention de la récidive » !

Après avoir entendu dans une configuration comparable la brutalité de Rachida Dati, la prudence de Michèle Alliot-Marie et la pusillanimité de Michel Mercier, quel bonheur d’entendre un discours progressiste offensif !

Cette entrée a été publiée dans Articles. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Tonique

  1. Annie Gouriou dit :

    Un regret cependant : le refus d’une loi d’amnistie pour les courtes peines – moins de 6 mois – alors que nous sommes en surpopulation carcérale – 67 000 détenus pour 57 000 places de prison -
    Cependant, il ne s’agit pas seulement d’une question de chiffres.
    Cette loi d’amnistie aurait aussi contribué à définir une nouvelle politique pénale qui ne serait plus seulement axée sur le tout répressif.
    Je regrette donc que le Gouvernement Ayrault n’ait pas souhaité donner une suite favorable à l’avis de Jean-Marie Delarue, Contrôleur général des lieux de privation de liberté, avis par lequel il recommandait cette amnistie pour des peines très légères prononcées avant 2012 et non encore exécutées faute de moyens.
    Pour avoir assister à une conférence de Jean-Marie Delarue, venu à Quimper, à votre invitation et pour suivre avec intérêt ses avis afin que les droits fondamentaux des personnes emprisonnées soient respectés, vous comprendrez ma déception.

    • socio dit :

      Madame, la délinquance à changé – on a plus affaire aux petits cambrioleurs, domiciliés et connus, réinsérables. En moins d’une semaine à paris, un otogénaire est décédé pour avoir défendu son épouse objet d’un vol à l’arraché.- Des voyous tirent sur un bijoutier, – un prise d’otage dans une école. Le précédent gouvernement a été critiqué pour avoir pris trop de mesures. Vous êtes au pied du mur. Les condamnations avec sursis se succèdent (pour un même délit). Le droit n’est plus appliqué.

  2. Pierre dit :

    il serait temps d’agir car encore 2 magistrats du TGI qui se sont suicidés à Versailles : la hiérarchie du tribunal est pointée du doigt pour son manque de tact. Les juges du siège qui demandaient que l’on supprime certaines audiences le temps de réorganiser le travail après la mort de leurs collègues se sont heurtés à un refus.

  3. DavidB dit :

    Perso j’arrête de rêver d’une République exemplaire !

    Dernièrement j’ai expédié un courrier au Ministre de l’intérieur pour lui signaler un délit de favoritisme dans un appel d’offre de la Police Nationale. plus d’info ici: http://www.gssiap.com

    C’est le cabinet du garde des sceaux qui m’a répondu la chose suivante:
    « …Madame la ministre m’a chargé de vous faire connaitre qu’il ne lui appartient pas d’émettre un avis sur le bien-fondé des droits de l’une ou l’autre des parties ou d’un litige d’ordre privée. »

    Voilà, lorsqu’on signale de la magouille au sein de la direction de la police le nouveau gouvernement nous répond que cela relève du privé !

    Dans le même temps une procédure en référé à été lancée auprès du Tribunal administratif de Melun. Le ministère de l’intérieur (mise en cause puisque c’est la police nationale) à demandé au juge de ne pas prendre en compte notre demande pour un vice de forme (il manquait un mot dans notre demande).

    Monsieur URVOAS vous avez été destinataire des copies d’emails. Pour info je ne laisserai pas passer cela. J’ai saisi l’association ANTICOR qui doit publier un article sur le sujet. J’espère que la médiatisation fera bouger les choses car tout le reste semble que « poudre aux yeux »

    Respectueusement

    David BALME

  4. socio dit :

    Ce sont ces genres d’affaires qui engorgent les Tribunaux, car l’instruction est longue (Cf.affaire Guérini) et non la justice Pénale qui grâce à nos Policiers et Gendarmes, permet d’être efficace, grâce au flagrant délit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>