J’ai écouté avec beaucoup d’attention en cette fin d’après midi l’intervention de Martine Aubry à Moélan.

Son énergie, sa détermination me faisait penser à Minerve, déesse de la guerre. Je ne la connais pas assez bien pour l’affirmer mais je ne serais pas surpris qu’elle considère la politique comme un champ de bataille, les élections comme des guerres de mouvements, les confrontations idéologiques comme des duels sans merci, le pouvoir comme un donjon à prendre.

Son discours était truffé de formules qui semblaient autant de traits d’arbalète, de jugements sur nos adversaires qui tonnaient comme des arquebusades permanentes. Du haut de la tribune qu’elle tenait comme un créneau d’une tour, elle paraissait défier Nicolas Sarkozy la rapière à la main, la couleuvrine pointée sur les armées ennemies. Ses mots claquaient comme autant de décharges.

Son discours ne fut une surprise pour personne, chacun connaissant son tempérament offensif et sa gourmandise pour les saillies et autres épigrammes.

Devant 1500 sympathisants socialistes, elle a fait une démonstration étincelante de sa vigueur. Je ne sais si elle sera choisie dans un mois mais elle a le talent pour conduire l’assaut.

    4 commentaires

  1. Ronan

    4 photos et profils de sympathisants dans le Ouest France de lundi
    – deux retraités de 53 ans et 57 ans : pêche et SNCF !!!
    – un demandeuse d’emploi de 18 ans
    – une étudiante de 20 ans

    no comment

  2. MO2

    la grece va bientot etre officiellement en faillite…… the beginning of the END le systeme bancaire par effets systemiques va turbuler!!!!! et imploser…… je ne sais s il suffira de danser en vociferant devant le feu de camp avec des chants guerriers pour defier cette depression plus forte que 29 mais j en suis sur nous allons connaitre DU SANG ET DES DES LARMES!!!! qui dira la VERITE !!!!!!!!! …….pour l instant je n en vois que 2 montebourg et royal…….

  3. paulo

    Quel lyrisme!!!
    C’est forcèment dans la bagarre des idées que l’on gagnera,n’avons nous pas là enfin trouvé nôtre meneuse « d’hommes » qui nous fait tellement défaut depuis sans doute trop longtemps?
    Serais-tu conquis?
    Paulo

  4. baillergeau

    Mon candidat n’étant hélas plus en lice, je pourrai dire que je vote pour Martine ene raison d’un pacte…..mais je ne l’ai pas lu et je ne sais même pas s’il existe !
    Il ne reste plus qu’à regarder les candidats comme si tous pouvaient être choisis.
    Manuel et Arnaud regardent 2012 comme s’il s’agissait de 2017.
    Pour Ségolène, c’est 2007 qu’elle regarde!
    Reste François et Martine.
    François a commis l’erreur d’oublier qu’un référendum juge le maître en place plus que la question posée et pour ne pas l’avoir compris, il nous a conduit dans le mur avec le TCE – Manque de discernement ?
    Pendant 11 ans, François n’a rien mis en place pour assurer une vraie culture politique des militants – Peur de la France à l’extérieur du périphérique ?

    Pour Martine, je lui vois deux atouts.
    La situation qu’elle risque de trouver au printemps 2012 peut nécessiter une ténacité hors du commun et une excellente relation aux milieux les plus défavorisés sera indispensable.
    Elle me semble en mesure de faire face à ces besoins essentiels.
    Si elle n’est pas présente à un éventuel second tour, je ne voterai pas.

Comments are closed.

Facebook

Twitter